Agir Tous Pour la Dignité

Ce blog est édité par la délégation régionale Nord Pas de Calais du mouvement ATD Quart Monde

Pour nous contacter :

ATD Quart Monde

11, rue Barthelemy Delespaul

59000 Lille

03 20 57 69 75

 


1 Commentaire(s)

  1. niek tweehuijsen

    7 janvier 2015 à 13:53

    Le réveillon

    Le réveillon je l’ai passé avec un couple formidable: Arthur et Hélène.

    Ça fait près de 4 ans que j’essaie de les connaître. Mon quartier n’est
    pas vraiment un quartier pauvre, mais je ne voulais pas imaginer
    qu’Hélène et Arthur, qui fréquentent mon quartier, étaient des personnes
    « juste » un peu excentriques, qui, à un moment dans leurs vies, avaient
    perdu un peu la tête.

    Depuis mon arrivée ici à La Haye, je les observais souvent de loin, souvent
    quand ils piochaient dans les poubelles ou les bacs
    dans lesquels on peut jeter de vieux journaux, des papiers ou des livres.

    Ils marchent du matin au soir, toujours avec de grands sacs en plastique
    avec je ne sais pas quoi dedans. Je m’étais donné du temps pour les
    aborder, d’abord juste en les saluant de la tête, puis, peut être une
    année plus tard, les premiers mots se sont échangés. Encore une année
    plus tard, nous nous sommes présentés pour la première fois lors d’une
    fête du quartier, et peu à peu les échanges dans la rue ont pris un
    rythme plus fréquent à chaque fois que l’on se croisait. Aujourd’hui quand
    je les croise, ils me parlent de ce qu’ils ont trouvé, des bouteilles,
    des cartes postales avec un timbre un peu spécial, des chaussures
    encore impeccables, un livre….

    Pour le réveillon je n’avais pas un grand programme. Sortir à minuit,
    saluer les voisins, lancer quelques pétards, trinquer avec des
    bouteilles qui vont de main en main… Les feux d’artifice étaient assourdissants
    mais grandioses, on s’embrasse et voilà que je vois Arthur et Hélène rentrer chez
    eux. Ils ont, même à cette heure, des grands sacs en plastique avec eux et marchent
    rapidement pour échapper à des dangers que eux seuls peuvent soupçonner.

    Nos regards se croisent et ils ralentissent leurs pas. Nous nous
    embrassons. Je leur propose de venir avec moi au « Toptimer » un petit bar
    à coté. « Non », me disent-ils, « nous n’avons pas le droit d’y entrer. Je
    continue: « au « Hartje », « Non, trop dangereux, les gens se moquent de
    nous, ils prennent de la drogue et ont des couteaux ». Je propose « Emma »
    en face de chez moi. Arthur me répond : « Ce n’est pas pour des gens
    comme nous ». « Au « Christal » alors », j’essaie encore et j’espère fort
    qu’ils acceptent parce il n’y a pas beaucoup plus de bars ici sauf peut
    être le « Daklicht », mais dans ce bar je ne rentre pas facilement non
    plus à cause de sa réputation de bagarres après minuit quand les gens
    ont trop bu.

    Finalement nous nous retrouvons derrière une bonne bière dans le
    « Christal », tenu par un monsieur Turque, Serkan avec la serveuse Fatima,
    moité Marocaine moité Française, qui nous ont chaleureusement accueilli
    dans le bar complètement vide. En fin de compte nous avons trouvé notre
    auberge dans cette ville où les fêtes et les bals ont éclaté partout
    dans les rues.

    Nous trinquons et Arthur dit que cela fait presque dix ans qu’il connaît
    Hélène. Hélène montre un des bagues qu’elle porte. « Il n’y a plus une
    pierre dessus, mais c’est Arthur qui me la donnée, c’est bien plus jolie
    sans pierre, tu ne penses pas,…?  »

    Comme si j’étais dans une rencontre d’adultes d’ATD, dans n’importe quelle partie
    du monde, Arthur me dit ce que j’ai entendu bien des fois : « Hélène ne
    peut plus voir ses enfants. Moi je la protège contre des gens qui se
    moquent d’elle. Les gens nous regardent comme si nous venions d’une
    autre planète, mais nous gagnons notre vie comme tout le monde. Certains
    nous donnent des conseils, mais je ne supporte pas les gens qui nous
    disent ce qu’ « il faut faire », je ne peux plus l’entendre dire. Nous
    cherchons des bouteilles du matin au soir, nous trouvons des livres dans
    les poubelles ou dans les bacs. Nous les vendons ou les donnons au gens
    qu’on respecte, mais pas avant que je ne les ai lus moi-même. »
    Je me sens honoré parce qu’il n’y a pas longtemps, Arthur m’a offert un livre « Cuisiner
    avec des poivrons ».

    Il faut que vous sachiez que pour rien au monde je n’aurais voulu
    manquer les bières avec Arthur et Hélène ce réveillon. Aller à la
    recherche de ceux qui manquent encore, c’est notre priorité au sein d’ATD.
    Cela fait maintenant quatre ans que je habite ici et que j’essaie de créer
    des liens avec Arthur et Hélène. Ce n’est que lors de ce réveillon, que des
    premières vraies confidences se sont
    échangées, dans la joie, sans qu’aucun d’entre nous ne sente le besoin
    de dire ce qu’il fallait faire ou ne pas faire. Juste l’amitié suffisait.

    Bonne année 2015.

    Niek Tweehuiijsen, volontaire ATD Quart Monde



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s