Agir Tous Pour la Dignité

Invitation à l’Université Populaire Quart Monde du samedi 15 novembre 2014

 Samedi 15 novembre 2014
(14h30-17h)
à la Maison Quart-Monde de Lille
11 rue Barthélémy Delespaul
«On est pas né pour être chômeur!»
(Le travail, un droit pour toutes et pour tous)
 «Si on veut vraiment travailler, on trouve ».
« Y a des gens qui ne veulent pas travailler, ou alors ils travaillent au noir».
«Contre le chômage, on a tout essayé, c’est la fatalité, on n’y peut rien».
«Il n’y a plus de travail pour tout le monde».

Quand on parle «travail, emploi, chômage»,ce sont des phrases qu’on entend.Ceux qui sont privés d’emploi sont souvent mal vus
«On a pas de travail, et en plus on nous accuse de profiter de la situation!».Et pourtant, toute personne a des compétences, un savoir-faire et elle veut travailler, elle a besoin de travailler.
Mais aujourd’hui, accéder à un travail (et à quelles conditions?) paraît inaccessible.Dans notre groupe de préparation quelqu’un disait aussi:
«Je travaille sans travailler, parce que je suis bénévole dans des associations».
Nous voulons faire entendre notre voix pour affirmer:
«tout n’a pas été essayé!».

Pour préparer, voici deux questions…

1.Vous avez un emploi, ou vous avez eu un emploi, qu’est-ce que vous appréciez le plus dans cette situation… Avez-vous vécu des choses difficiles, injustes?

2.Vous êtes au chômage, que vous a t-on proposé pour en sortir ?

Notre invité : Jean Gadrey, économiste, militant associatif.

Bonne préparation, amicalement,
Pour l’équipe d’animation de l’Université populaire,
Pascal Wecxsteen

ATD QUART MONDE
11 rue Barthélémy Delespaul
59 000 LILLE
Tél. 03.20.57.69.75
Fax. 03.20.40.26.62

Invitation de l’Université Populaire Quart monde du 20 septembre 2014

UNIVERSITE POPULAIRE QUART MONDE
Nord Pas de Calais
Samedi 20 septembre 2014 (14h30-17h)

à la Maison Quart-Monde de Lille
11 rue Barthélémy Delespaul
(0320576975

L’Université populaire Quart Monde
et ses avancées…

Bonjour à toutes et à tous!

Eh oui, pour nous aussi, c’est la rentrée!

Les uns et les autres, nous agissons ensemble pour que la grande pauvreté disparaisse. Quelques fois, nous nous sentons bien seuls.
Mais, réunis, et en partenariat avec d’autres organisations et associations, nous arrivons à obtenir des lois ou à obtenir que ces lois s’appliquent vraiment pour tous.
Le combat n’est jamais gagné facilement, mais il y a des avancées…

Pour préparer, voici deux questions…

. 1 Quel est le combat contre la pauvreté le plus important que vous avez mené (ou que vous menez encore), ou dont vous avez entendu parler?

. 2 Connaissez-vous les victoires, les avancées que le mouvement a obtenues grâce aux universités populaires?

Nous aurons un invité, mais nous attendons encore sa réponse.
Bonne préparation, amicalement,
pour l’équipe d’animation de l’Université populaire,
Pascal Wecxsteen

Compte-rendu de l’Université Populaire du 24 mai 2014. Une Europe pour tous les citoyens

UNIVERSITE POPULAIRE QUART MONDE
Nord Pas-de-Calais du 24 mai 2014

Une Europe pour tous les citoyens

(Extraits)
Notre invité: Régis Verley Journaliste, il a travaillé à Lille mais aussi à Bruxelles pendant 30 ans sur les questions de l’Europe sociale et en particulier sur le programme européen de lutte contre la pauvreté (ce programme n’a pas été reconduit). C’est difficile de comprendre l’Europe Beaucoup de participants disent que l’Europe c’est vraiment compliqué. Autour de nous, beaucoup de gens disent que c’est négatif et qu’avec l’euro la vie est plus dure.

Paulette C’est quoi l’Europe ?

Groupe Armentières
Pour les élections européennes du 25 mai, pour qui voter ? Comment faire son choix?
Avec les 22 listes, on y comprend rien. En plus, à 6 jours du scrutin on a pas reçu les enveloppes avec leurs noms et leurs propositions. Pas étonnant que beaucoup de personnes n’iront pas voter. Mais, nous sommes des privilégiés car nous (militants et alliés d’ATD) au moins on en discute.
Johny : Ils ont promis à la création de l’Europe mais il y a de plus en plus de chômeurs et de travailleurs pauvres.Toutes la main d’œuvre est parti, c’est pas
logique, on a tout fermé.
Marie-Claude : Et la jeunesse? c’est que des CDD et au bout de 3 mois, viré !
Joël M. : Problème de l’éducation, du travail, il n’y a rien d’atteint. L’emploi, ils peuvent encore y aller, on se demande si on compte pour eux.
Fatiha : Mes filles vont aller voter, mais c’est difficile de leur expliquer, ça devrait être fait à l’école.
Pierre G. : L’Europe ne motive pas, c’est chacun pour soi. Il y a trop d’égoïsme. Il faut plus de solidarité entre les pays.
Hugues : L’Europe, oui, mais elle est où la France dans tout ça ? La misère et l’exclusion augmentent !
Joce : Pas de travail pour nous, moins de santé, plus d’impôts, c’est ça leur Europe ?
Micheline : Tous les mois c’est de plus en plus difficile.
Joël L. : On intègre trop vite des pays extérieurs qui ne sont pas prêts et ensuite on exige d’eux qu’ils se mettent rapidos aux normes européennes !
Béatrice : Pour moi l’Europe c’est l’Euro et le grand prix eurovision de la chanson.
Jean-Pierre : Sur l’affiche les images sont parlantes, c’est un labyrinthe il nous trouble On a l’impression que tout va mal.

 

UP 24 mai 2014 JPO

 

UP 24 mai 2014Brunhilde

 

 

1 D’où est venue cette idée d’Europe ?
Claude : On sortait de la guerre de 1939-1945, j’ai vu la naissance de l’Europe et on a dit «plus jamais la guerre » on allait tout reconstruire avec l’ennemi de toujours. Mais où en est l’Europe ? On a raté l’Europe mais on a l’esprit européen.
Daniel : Moi j’ai été à la légion. Arrêtez les guerres civiles mes camarades. J’ai vu mourir… Il faut arrêter toutes ces guerres.
On ne donne pas de travail, la mère se prostitue parce qu’elle n’arrive pas à subvenir aux besoins des familles.
Maryline et Joël : On est allé en Pologne il y a 4 ans. On a rencontré d’autres militants ATD. Là-bas, si on y va avec le RSA, on est riche! Ce qu’ils gagnent, c’est pas beaucoup. Ils n’ont pas les mêmes aides que chez nous.
Régis Verley : L’Europe c’est un truc sympa. On ne peut pas nier l’aspect positif. Avant il y avait des visas, des papiers, des frontières mais l’Université quart monde à Bruxelles,tchèques, allemands, ça se fait grâce à l’Europe. On est plus fort à plus nombreux.
On entend : «L’Europe nous enfonce dans la pauvreté, on comprend rien» mais qu’est-ce qui se serait passé s’il n’y avait pas eu d’Europe ?
C’est difficile de dire que l’Europe est la cause de la crise. Le problème est qu’il y a des choses qui devraient se faire et qui ne se font pas. Les polonais ont envie d’avoir la protection sociale comme en France, un revenu minimum. Le salaire minimum ça va venir en en Allemagne. Le problème c’est que l’Europe ne se préoccupe pas de ça. Hors le conseil européen ce sont les chefs d’état (avec le parlement) dirige l’Europe. Il y a eu 1 million de signatures pour un revenu minimum européen mais ça n’avance pas assez vite. Il faut savoir que ce sont les chefs d’état des 28 pays qui dirigent l’Europe (avec le parlement européen où siègent les députés européens).
Jean-Marc : L’Europe c’est un ensemble de pays de l’est et de l’ouest. L’Union Européenne a une économie de marché. Compétitivité, précarité? Construisons une Europe de paix, égalité, liberté, contre la xénophobie qui s’exerce en particulier à l’encontre des Roms et des migrants. Que les peuples se réapproprient les pouvoirs dont ils sont dépositaires. Il faut participer, aller voter. On râle, on râle, mais on reste devant la télé!
Monika : Avant, c’était tout le temps la guerre. Maintenant, on est devenu amis et on peut élever nos enfants en paix.
Pierre H. : L’Europe pour nos enfants, c’est la paix, la construction d’une entité à l’échelle monde, capable d’exister sur la scène internationale face à des états continents comme la chine ou l’inde. Notre Europe manque encore d’une sérieuse base démocratique et il y a des inégalités que les faibles d’entre nous vivent avec injustice et dureté. Mais elle est un rocher sur lequel se développé le sentiment d’une appartenance européenne et ces combats doivent être pour plus de justice sociale et d’égalité.

2 Avons-nous des propositions pour l’Europe?
Jean-Pierre : On demande à l’Europe qu’il y ait moins de misère, moins de placement d’enfants.
Jean-Marc : Nous voulons une Europe plus juste, qui respecte ses engagements, qui fait valoir les droits fondamentaux pour tous. Il faut sortir l’Europe de ce système économique destructeur pour l’humain et l’environnement.UP 24 mai 2014 RenéUP 24 mai 2014 DK
René : J’ai participé (avec Fabienne et Guillaume) à un groupe de réflexion pour «une Europe sans pauvreté ». Sur une durée de 6 mois, on a préparé l’Université Populaire européenne qui a eu lieu le 5 mars 2014 à Bruxelles. On a appris, par exemple, qu’en Belgique, si t’as plus de travail et si t’as plus de logement, alors, t’as plus d’existence légale. Il faut garantir à toutes personnes le droit à une existence légale. Nous avons rencontré des fonctionnaires des institutions européennes, pour croiser nos savoirs et apprendre les uns des autres. Pour moi c’était important de participer à cette réflexion pour mieux connaitre le fonctionnement européen et expérimenter la participation des personnes en grande pauvreté dans la construction de propositions politiques. Cette réflexion a aboutie en faisant 14 propositions du mouvement ATD quart monde pour l’Europe. Comme disant Angèle, une militante francophone de Belgique à une commissaire européenne : « on se croiserait dans la rue, on ne se dirait même pas bonjour, grâce à ATD on se rencontre ensemble, nous réfléchissons à une autre Europe et vous nous parlez avec des mots simples ». Arrêtons de critiquer l’Europe, faisons connaître nos propositions, pour une Europe solidaire et qui n’oublie personne.
Michèle : Si on avait chacun une carte d’identité européenne ça serait le début d’une vrai communauté européenne.
Stéphanie : L’Europe c’est quelque chose de lointain. Il faudrait mieux expliquer et mieux informer les gens dès l’école, les gens auront plus confiance quand ils sauront de quoi il s’agit.
Joël L. : Il faut interdire à un député européen d’avoir plusieurs mandats et il doit siéger aux réunions sinon, il perd ses indemnités. Un ouvrier qui ne va pas travailler n’est pas payé ; et en plus, il est viré !

UP24 mai 2014 Marilyne

 

 

UP 24 mai 2014 Maril

Groupe de Lille
Pour obliger les états à s’engager à lutter contre la pauvreté,
pour des députés proches des citoyens,
pour la garantie jeunesse,
pour une garantie seniors,
pour le respect de tous les handicapés.
pour maintenir la paix.

Groupe de Roubaix
Ce qui est positif, c’est le droit à l’éducation, les dispositions sur le droit à la consommation au niveau européen. Le négatif, c’est l’Europe qui ne décide rien sur la protection sociale. Sur la base des propositions d’ATD ce qui nous paraît le plus important est tout d’abord le fait d’exister juridiquement. Sans cette réalité impossible d’être reconnu et d’avoir « droit au chapitre ».Ensuite, et c’est lié, le droit à l’éducation pour donner à tous une chance dans la vie.
Régis Verley : Dans le système européen, chacun défend son pré carré. Alors, pour une Europe moins égoïste, plus solidaire il faut être citoyen, aller voir les parlementaires. Il faut les relancer par exemple continuer à faire des universités populaires européennes.
Pascal P. : L’Europe agit pour la paix. Autre domaine où elle agit : la protection de l’environnement. Les états n’avaient pas la force de s’opposer aux intérêts économiques. C’est l’Europe qui a fait de nouvelles règles de nouvelles normes pour la protection du littoral, pour la biodiversité. Ce sont des points importants même s’il ne sont pas visible. Si sur ces questions on a avancé,pourquoi pas pareil sur les questions sociales ? Il faut investir les institutions européennes pour contourner les blocages des pays sur la justice sociale, d’où l’intérêt d’avoir une délégation permanente ATD Quart Monde européenne installée à Bruxelles. C’est intéressant de se brancher sur EURONEWS, le seul média européen (avec des journalistes de différentes nationalités), pour construire une opinion européenne commune.
Glenda : Si on avait pas l’Europe, ce serait encore pire. Il faut garder cette volonté d’être ensemble.
Famille Pérez (originaire duGuatemala) : Quand vous parlez d’Europe, on entend surtout le mal. Mais vous avez de la chance. En Europe, il existe une solidarité entre les pays et une solidarité dans le pays. Vous avez le droit de voter de débattre pour que ça s’améliore, c’est bien. C’est bien ce que vous faites, c’est bien d’écouter d’autres points de vue. L’Europe cherche la force de se construire. Elle continue à être un exemple de cette recherche.
Joël M. : Ce serait bien d’aller rencontrer les 10 députés européens de notre région pour diffuser et leur présenter les «Propositions du mouvement ATD Quart Monde ( cf l’Université populaire Quart Monde Européenne 5 mars 2014 à Bruxelles ) pour penser et bâtir ensemble une Europe sans pauvreté ni exclusion», et leur demander ce qu’ils comptent en faire…

Compte-rendu établi par
Francine Laurenge, Stéphanie Locqueville, Pascal Wecxsteen
Photos : Etienne Divina
Contact : Université Populaire Quart Monde
Mouvement ATD Quart Monde
Délégation régionale Nord Pas de Calais
11 rue Barthélémy Delespaul 59000 Lille
Tél 0320576975
E-mail : atd@nordnet.fr

EVALUATION des Universités Populaires de septembre 2013 à mai 2014

Université Populaire Quart-Monde
Région Nord Pas-de-Calais
Evaluation de la période septembre 2013 – mai 2014
réunion du samedi 21 Juin 2014
(10h – 12h)
Compte-rendu (extraits)
Calendrier 2014/2015 de l’université populaire (le samedi de 14h30 à 17h):vecteur calendrier
. en 2014… 20septembre, 15 novembre, 13 décembre (UP «festive »).
. en 2015… 24 janvier, 14 mars, 30 mai.
. Une vingtaine de personnes (animateurs, secrétaires, ou membres des groupes de préparation des UP, animateurs de groupes locaux et thématiques, membres du groupe ESAUP qui animent régionalement les UP) ou de l’équipe régionale) ont participé à ce temps de travail.

 

Rappel des thèmes travaillés de septembre 2013 à mai 2014 :
28.09.13 Nous sommes différents… pouvons-nous vivre ensemble ?
avec Lydia Sugi animatrice et Moussa Bachiri éducateur.
16.11.13 Les Roms, des pauvres comme les autres ?
avec des représentants de familles Roms.
21.12.13 Université populaire festive : Jour de fête
25.01.14 La démocratie participative,
avec Dominique Plancke, conseiller régional et élu lillois, président du conseil de quartier de Lille St Maurice.
22.03.14 L’engagement,
avec des militants ATD Quart Monde.
 24.05.14 Une Europe pour tous les citoyens,
avec Régis Verley, journaliste.
. 1 Le compte-rendu de l’UP
A qui est-il adressé ? Et les compte-rendus des UP des autres régions, comment en avoir communication ?
Chez nous, le compte-rendu devrait se faire de façon plus collective et il devrait être prêt dans le mois qui suit l’ UP ; après on oublie très vite. Ce compte-rendu est diffusé par
internet : une version papier est reproduite en 100 exemplaires. Les groupes locaux du Nord pas de Calais en sont destinataires ainsi que le réseau UPQME (Université
Populaire Quart Monde Europe). Donc, en France toutes les régions ATD reçoivent ce compte-rendu et de même nous recevons les compte-rendus des autres régions et des
UP francophones. L’invité reçoit aussi le compte-rendu de l’UP à laquelle il a participé.
Deux suggestions
. Diffuser auprès des groupes locaux les comptes-rendus des UP des autres régions.
. Intégrer à la fin de notre compte-rendu des réactions « à chaud »; l’animateur demande à quelques participants de réagir… par exemple :« qu’est-ce que vous avez retenu d’important ? qu’est-ce qui vous a marqué, qu’est-ce qui vous a fait tilt, qu’est-ce qui vous fait avancer dans ce que vous avez entendu ou vécu dans cette UP ? ».
. 2 L’animation de l’UP
Pas ou peu d’images dans nos UP. C’est dommage parce c’est un moyen de retenir l’attention. Aujourd’hui, on peut trouver des images ou des vidéos intéressantes sur tous les sujets ou presque en s’appuyant sur les ressources internet et sur les documents majeurs d’ATD. En plus, on peut en produire nous-mêmes : le groupe de Maubeuge y parvient, pourquoi pas d’autres groupes ?
Trois suggestions
. Utiliser dans les réunions de préparation d’UP (sans exagérer parce que ce qui est d’abord important, c’est la parole des participants et leur expérience de vie) les ressources
internet et les documents visuels d’ATD. Mais il faut disposer, sur le lieu de la réunion, d’un ordinateur portable avec connexion…
. Présenter pendant l’UP (pas tout le temps bien sûr!) 1 ou 2 extraits de ces ressources qui serait proposé par tel ou tel groupe.
. Relancer le blog UP qui avait un peu démarré mais qui reste aujourd’hui en panne.fstarke_internet
. 3 Les thèmes de l’UP 2013/ 2014
. Parler de l’Europe en une seule UP, c’est trop court, le sujet est trop vaste. Il faut une deuxième séance, un temps d’approfondissement ou alors travailler selon une autre
formule, par exemple la formule du « rendez-vous citoyen ». Pas judicieux non plus de proposer ce thème la veille des élections européennes ; il aurait fallu le proposer avant
l’université populaire européenne qui s’est déroulée début mars 2014 à Bruxelles.
. La rencontre avec les Roms en novembre 2013 : un moment très fort…
. 4 Quelques interventions
René: on entend les gens dirent aujourd’hui : « plus on lutte, plus on a l’impression qu’on va en marche arrière ! »…
Alain : il y a un problème de participation, il y a moins de monde, il n’y a plus de convictions, il y a des moments de découragement… à 5 ou 6 ou moins, c’est pas intéressant… si on est pas motivé, on abandonne tout…il faut accepter que parfois la salle est vide. Ce qu’on fait, il faut se dire qu’on le fait pour la génération suivante. C’est une lutte, il faut s’accrocher, et après tu prends goût…
Maryline : ce qu’on fait, est-ce qu’on nous écoute, est-ce que ça bouge ?…
 Huguette : on se fait entendre, on réagit face à des mesures injustes, par exemple quand il est question de supprimer les allocations aux parents dont les enfants sont placés…
 Bernard : je trouve qu’on avance quand même…
Pascal : il y a un vrai travail de réflexion dans les groupes de préparation et ça se voit bien dans leur compte-rendu qu’ils nous envoient… Pour permettre aux parents qui ont des enfants de participer à l’UP, il faut relancer « l’accueil de leurs enfants ».
Alexandre : moi, j’ai besoin d’argent pour survivre. Le RSA, j’en veux pas! Tu veux faire quoi avec 450€ par mois? Ce que je veux, c’est faire un travail qui m’intéresse et voir dans le futur parce que aujourd’hui, je suis obligé de vivre au jour le jour !
. 5 Les thèmes souhaités 2014 /2015 (quelques idées en vrac…)

. Thème 1 On avance, on recule, puis on avance encore… ne rien lâcher, résister, ne pas désespérer…mettre en valeur les combats et les victoires d’ATD (et de ses partenaires) et ce que la société y gagne pour l’accès de tous aux droits de tous…
. Thème 2 Familles où va t-on ? Les transformations de la famille, la place du père (le poids du chômage)…
Thème 3 Parler de politique, c’est possible aujourd’hui ? Et d’abord la politique c’est quoi ? En quoi ça nous concerne ?…
. Thème 4Les nouveaux rythmes scolaires ; le temps de l’enfant et le temps de l’école ; le respect du rythme de l’enfant…
. Thème 5 Travail, emploi… contre le chômage est-ce qu’on a vraiment tout essayé ?…
La 6ème UP, c’est l’UP dite festive qui se tient avant Noël.
Voila 5 pistes pour nos prochaines universités populaires. Selon l’actualité, d’autres thèmes pourront aussi être choisis.
Concernant les thèmes, nous avons évoqué la possibilité de faire 2 UP sur un sujet que nous considérons comme particulièrement important (voir la remarque de René à propos de l’Europe). En 2014-2015, le sujet «Famille» se prêterait bien à cette organisation en 2temps.
Pour rappel ou information, on peut utilement relire ce qui avait été dit en juin 2013 pour améliorer le fonctionnement de notre université populaire.
En relisant, en juillet 2014, ces souhaits d’amélioration qu’en pensez-vous?
 Dites un point qu’il faudrait vraiment améliorer :
. Le transport pour aller à l’UP, à Lille; il manque des véhicules et des conducteurs.
. L’accueil à la Maison Quart-Monde et l’accueil des nouveaux.
. La sono.
. Le silence, pour bien entendre pendant l’UP. Il faut plus se discipliner, être vraiment à l’heure et commencer l’UP à l’heure, éviter le bavardage et ne pas se déplacer dans la salle.
. L’écoute des autres, l’écoute entre les participants : trop de personnes présentent le travail de leur groupe, et après, s’en vont !
. Accepter les personnes comme elles sont : quand elles interviennent pour donner le compte-rendu de leur groupe, il faut les laisser faire.
. Trouver et accueillir de nouvelles personnes.
. Améliorer la discussion entre les groupes, améliorer le démarrage de l’UP.
. Faire un travail en petits groupes pendant l’UP.
. Donner régulièrement (et améliorer) le compte-rendu de chaque UP, comme dans le passé.
. Veiller à ce que tous les groupes, absolument tous, puissent vraiment avoir le temps de présenter ce qu’ils ont préparé.
. La personne invitée devrait prendre plus la parole, mais Il faudrait plus de temps pour l’UP.
. Sortir de l’UP avec une idée forte ATD.
. Susciter un groupe d’alliés pour qu’ils donnent leurs réflexions. Cela entraînerait plus de dialogue entre des personnes qui n’ont pas les mêmes conditions de vie.
Le groupe d’animation de l’UP (appelé aussi ESAUP « équipe de soutien à l’animation de l’UP») : Joël Lemahieu, Bruno Goeneau, Roselyne Hamel, Francine Laurenge, Bernard Doresse, Joël Masclef, Marilyne Colliez Jean-Pierre Obert, Catherine Marsac, Alexandre Gigant, Pascal Wecxsteen. Les activités de ce groupe ; assurer le lien avec les groupes locaux, avec l’équipe d’animation régionale, préparer le thème avec l’invité, rédiger la lettre d’invitation et la note pour animer les groupes locaux de préparation, réaliser et diffuser le compte-rendu, être en liaison avec les UP des autres régions de France et d’Europe.

Invitation à l’Université Populaire Quart Monde du 24 mai 2014

UNIVERSITE POPULAIRE QUART MONDE
Nord Pas de Calais

Samedi 24 mai 2014 (14h30-17h)

à la Maison Quart Monde, Lille
11 rue Barthélémy Delespaul (0320576975)

Une Europe pour tous les citoyens
Penser et établir ensemble une Europe sans pauvreté ni exclusion

Le dimanche 25 mai, la France et les autres pays de l’Union Européenne vont élire leurs députés au parlement européen. C’est important pour l’avenir de l’Europe.
Il faut se rappeler que l’Union Européenne s’est construite sur des valeurs de respect des droits de l’homme.
Elle a pour but de promouvoir la paix et le bien-être de ses peuples, de lutter contre l’exclusion sociale et la pauvreté, de favoriser l’accès de tous à l’éducation et à l’emploi… etc.
Mais ces buts sont-ils atteints?
Aujourd’hui, si de nombreux citoyens doutent de l’Europe, d’autres se mobilisent, par exemple, avec ATD Quart Monde:
«… des personnes vivant la pauvreté et l’exclusion sociale se sont réunies pendant plusieurs mois avec des personnes solidaires, certaines ayant des responsabilités au niveau européen. Elles ont cherché à comprendre ce que fait l’Europe pour que la vie change pour les plus démunis et ont apporté leurs réflexions.
Elles ont dialogué avec des fonctionnaires et députés européens lors d’une rencontre (Université populaire Quart Monde européenne) qui a eu lieu le 5 mars 2014 au parlement européen à Bruxelles.
Cette rencontre a permis de bâtir des propositions pour que l’éradication de l’extrême pauvreté et la lutte contre les inégalités soient au cœur du projet européen.»
( Extraits du compte-rendu de l’Université populaire Quart Monde européenne:
« Propositions du mouvement ATD à l’Union européenne et aux états membres »).

Pour préparer, voici quelques questions…
. 1 Quand on vous dit «Europe », quelles images, quelles idées vous viennent spontanément à l’esprit? Et, qu’est ce que vous entendez autour de vous? .
2 Les buts que s’est donnée l’Union Européenne (promouvoir la paix, lutter contrel’exclusion sociale et la pauvreté, favoriser l’accès de tous à l’éducation et à l’emploi etc.) sont-ils atteints? Si oui, en quoi ? Si non, en quoi? Que proposeriez-vous pour qu’ils soient atteints?

Notre invité sera Régis Verley, journaliste.

Bonne préparation, amicalement,
pour l’équipe d’animation de l’Université populaire,
Alexandre, Bernard, Catherine, Francine, Jean-Pierre, Joël, Marilyne, Martine, Pascal, Roselyne,
Stéphanie

Invitation à l’Université Populaire Quart Monde du 22 mars 2014

UNIVERSITE POPULAIRE QUART MONDE
Nord Pas de Calais
Samedi 22 mars 2014 (14h30-17h)
à la Maison Quart Monde, Lille
11 rue Barthélémy Delespaul (0320576975)

L’engagement…

Aujourd’hui, les partis politiques, les syndicats, les associations, les mouvements attirent de moins en moins de personnes (notamment les jeunes) prêtes à consacrer du temps et de l’énergie pour s’engager, pour militer.
Pourtant, nous connaissons certainement des personnes, même des jeunes, qui ne se résignent pas et qui ont envie de s’engager. Mais, dans quel but, pour quoi faire ?

ATD Quart Monde propose un projet : s’engager pour…
«… une alliance entre exclus et non exclus, une alliance qui doit transformer les relations entre les hommes, la vie politique, la pensée de notre temps. C’est un véritable contrat que je vous demande de passer entre vous … L’enjeu de ce contrat c’est de créer une démocratie qui tire les leçons de son injustice vis-à-vis des plus défavorisés et leur restitue leurs responsabilités de citoyens … »
(Joseph Wresinski dans son Appel à la solidarité du 17/11/1977).

Projet formidable ! Mais nous rencontrons aussi la difficulté de rester mobilisé, de rassembler de nouvelles personnes au service de ce projet…C’est pourquoi il parait utile de réfléchir ensemble : comment vivre notre engagement au sein du mouvement ATD Quart Monde, comment le proposer à d’autres personnes ?

Pour préparer, voici quelques questions…

. 1 Selon vous, c’est quoi l’engagement dans le mouvement ATD ? Avez-vous un engagement dans d’autres associations ?
. 2 Y a-t-il plusieurs façons d’être engagé ATD  ? Par quelles actions vous sentez vous engagé dans ce mouvement ?
. 3 Qu’est-ce que l’engagement au sein d’ATD vous apporte ?

Nos invité-e-s : exceptionnellement, nous travaillerons en petits groupes, puis en grand groupe. Alors, les invités, c’est vous, c’est nous !

Bonne préparation, amicalement,
pour l’équipe d’animation de l’Université populaire,
Alexandre, Bernard, Catherine, Francine, Jean-Pierre, Joël, Marilyne, Martine, Pascal, Roselyne, Stéphanie

Compte-rendu de l’UP sur la Démocratie participative du 25 janvier 2014

UNIVERSITE POPULAIRE
Quart Monde
Région Nord Pas-de-Calais
Samedi 25 janvier 2014

La Démocratie
Participative

« Tout ce qui est fait pour moi, sans moi, est fait contre moi »
(Nelson Mandela)

Les interventions de notre invité sont en italiques.

Les personnes présentes pour la première fois
Vincent (Lambersart) J’ai douze ans et je suis là pour faire un reportage et un article pour le blog du collège Anne Frank.
Marie Thérèse (Lille) Militante CLCV,
Stéphanie (Montreuil s/mer) étudiante en 5ème année Sciences Po, stagiaire à ATD sur la démocratie participative.

Quelques infos et nouvelles…
Pascal : L’équipe ATD en Centre Afrique nous dit qu’il y a beaucoup de violences, mais il y a aussi beaucoup de gens qui travaillent à apaiser les situations, entre chrétiens et musulmans,
Catherine A Lille Fives, plus de 1000 enfants ont participé à l’opération
« Machines à changer le regard ».
Renée Récital de musique à ATD Lille par un quatuor de jeunes musiciens professionnels.
Huguette Grande assemblée des géants le samedi 8 mars à Tourcoing, avec bien sûr le géant Joseph W.
Eric Rencontre avec le forum de l’insertion sur la participation des allocataires dans le cadre de la loi RSA.

Notre invité
Dominique Plancke, conseiller municipal délégué, président du conseil de quartier de Lille St Maurice Pellevoisin ;
Conseiller régional (EELV) président de la commission transports du conseil régional Nord Pas de Calais.
Comme conseiller régional en charge du transport et il a mis en place les comités de ligne. Ces comités permettent aux personnes qui prennent le train de pouvoir dire deux fois par an lors de réunions ce qui va et ce qui ne va pas.

Huguette (Lille) On parle beaucoup de « Démocratie participative », c’est un terme à la mode.  Pourquoi on est obligé d’ajouter participative à démocratie puisque c’est le pouvoir du peuple ?

Pour tenter d’expliquer ce qu’est la Démocratie Participative, nous sommes partis de ce qui a été présenté par les groupes comme étant du vécu :
Fabienne (Arras) nous donne l’exemple du comité d’usagers du Centre Social d’Arras. « On aborde les problèmes et surtout là j’ai un exemple concret où on a quand même l’impression d’être écoutés ou tout au moins le témoignage sert à quelque chose, c’est-à-dire les mamans qui ont 4-5 enfants étaient effrayées par le nombre de dossiers qu’il fallait faire pour inscrire un gamin à la gym, au foot, à la piscine, à la cantine, à la crèche et à chaque fois c’était le même dossier alors au comité d’usager on a pointé la difficulté et ils ont trouvé une solution, ils ont mis en route un numéro unique où la maman en début d’année va faire son dossier qui sert dans tous les autres organismes et ça va même se faire dans d’autres domaines.
Quand il y a participation, on est dans ce que chacun peut apporter à l’autre. On est dans la communication.

Jean-Pierre (Liévin) La co-formation, je souligne co parce que c’est ensemble et on apprend à s’écouter le juge apprend à écouter un militant, on apprend à écouter quelqu’un. On a quand même la trouille. Et nous on a le droit de dire quelque chose quand même.

Dominique Plancke
Chacun a le droit de donner son avis sur tout. Dans vos différents témoignages, on voit bien que la question de la démocratie concerne tout le monde.
Les gens qui prennent le train en savent plus que les techniciens qui sont dans les bureaux. Pour eux, le train c’est quelque chose qui circule sur un écran d’ordinateur ou un tableau.
Qui est expert ? C’est comme pour la crèche, les usagers, les parents savent des choses et les professionnels qui travaillent dans les crèches savent aussi, et même plus que les élus qui n’ont pas la pratique.
D’autres expériences vont dans le même sens comme le « croisement des savoirs et le forum de l’insertion à Lille qui permet aux allocataires du RSA de se faire entendre par les élus et les fonctionnaires du Conseil général.
Donc « dans la vie quotidienne, ces personnes ont une expertise, une expérience que les experts et les élus n’ont pas, au lieu de se sentir petits on a quelque chose qu’eux n’ont pas comme informations. On peut jouer un rôle fondamental » et « avancer ensemble pour la démocratie.
La question de la démocratie appartient à tout le monde, voilà ce que veut dire démocratie participative par opposition à la représentation des élus comme si la population n’avait plus rien à dire une fois l’élection passée. La démocratie participative apparait nécessaire quand « les élus se sont éloignés comme s’il n’y avait plus de compte à rendre ».

Mais est-ce que la manière dont est mise en place cette démocratie participative est satisfaisante ?
René (Sambre Avesnois)  La démocratie elle n’est pas toujours démocratique, il y a trop de pouvoir des élus. Il arrive que le thème des réunions change au dernier moment. D’un côté, il est intéressant de participer à un conseil de concertation, il y a une tribune, pour ATD c’est formidable mais d’un autre coté si ça ne sert à rien, on a envie de s’en aller, des réunions pour parler et qu’on agit autrement par derrière ça ne sert à rien.
Dominique Plancke
Il y a peut-être un travers des élus d’organiser des réunions unilatérales où seuls les élus s’expriment où on parle seulement pour parler, « Mr le Maire par ci, Mr le Maire par-là » et on ne parle pas des habitants. On pourrait être sceptique sur certaines opérations de participation.

Huguette (Lille) Dans certaines opérations où on demande aux gens de participer, ils participent à de nombreuses réunions et finalement le travail fait n’a jamais été pris en compte. Quelle drôle de démocratie participative !

Jean Pierre et Ange (Valenciennes) Un exemple de rénovation urbaine à Valenciennes dans le quartier de la Chasse Royale Dans le quartier, on a fait « des visites en marchant » et beaucoup d’autres choses avec des habitants mais ça n’a pas été sans mal. Ils nous ont bouché la place où il y avait l’animation, le centre social, la boulangerie !
Dans le cadre de cette opération, on a bénéficié d’une formation de 2 fois 3 jours à Paris. C’est ça aussi la démocratie participative, il faut qu’on nous donne des moyens. C’est le directeur du centre social qui s’est démené pour nous faire accéder à cette formation. On est parti à 5 et depuis on a créé une association d’habitants. On veut partager ce qu’on a appris avec d’autres habitants et on est prêt à former nos adhérents
C’est difficile, ça demande des efforts de part et d’autres. Les élus doivent se former et les citoyens participant aussi.
Lise (élue lilloise) Les élus devraient aussi se former à écouter les citoyens et par exemple être dans des groupes de co-formation.

Finalement quelle attitude adopter face aux dispositifs de la démocratie participative ?
Eric (Forum de l’insertion) Il faut des comptes rendus et que la participation s’inscrive dans la durée. Aujourd’hui il y a beaucoup d’occasions de participer, il faut être exigeant, c’est sérieux. Quand les personnes y vont il faut demander dans quel cadre se fait cette participation, s’il y a un compte rendu, une suite, l’organisation de l’institution qui demande à participer, s’il y a un organigramme, un schéma pour expliquer comment ça marche, une ou des personnes référentes etc. C’est le contrôle citoyen. Quand on peut co-construire le cadre (comme dans le forum permanent de l’insertion), c’est mieux.
Dans les différents modes de participation comme les conseils de quartier, les conseils de concertation… la parole est moins facile, moins libérée. Ne soyons pas pessimistes, il reste toujours quelque chose !
On a eu 20 ans de RMI avec pas du tout de participation. En 2009 avec le RSA il y a eu des modalités de participation. La politique de la chaise vide n’est pas une bonne solution.

Dominique Plancke
Il faut être exigeant sur l’évaluation, que nous ne soyons pas utilisés comme alibi pour faire de la concertation. Aucune parole n’est inutile. L’élection municipale reste celle où les gens sont le plus intéressés directement, on peut intervenir dans le débat. Allons rencontrer ceux qui se présentent.

Groupe de Lille
Personne n’aura envie de participer si « on n’est pas informé, pas écouté, on est considéré comme nullité (et c’est pourquoi on n’est pas informé…) On est peut-être déçus parfois par la Politique, on y croit plus, on a peur de ne pas savoir s’exprimer » mais « on veut que ça change, on veut se rassembler pour que ça change, on n’est pas seuls dans la misère et reconnus on peut s’exprimer »
« Ce que nous voulons pour nous, les citoyens français on ne veut plus de paroles en l’air, on veut du concret, du positif.
Nous avons des idées … Serait-il possible dans le cadre de la Démocratie participative de savoir comment accéder au logement salubre et qu’il n’y ait plus d’expulsion et qu’il y ait du travail pour les jeunes. Il faut utiliser tous les moyens offerts pour se faire entendre.
Nous sommes prêts à participer, car c’est les citoyens qui sont souverains.
Ce combat nous permet de grandir et d’être respecté.
Groupe de Nieppe Nous voulons rappeler un événement historique sur les pauvres et la Révolution française de 1789. En avril 1789 un personnage (Dufourny de Villiers) s’est indigné devant l’exclusion « des infirmes, des indigents, des infortunés » dans les assemblées qui rédigeaient les fameux cahiers de doléances.
Il publie un texte « Cahiers du Quatrième Ordre » pour que les pauvres soient reconnus comme de véritables citoyens.
Pour nous, c’est la première invitation à une démocratie participative
La démocratie participative « C’est mieux que de passer commande et d’imposer » c’est ce que Lise Dalleux retiendra de son mandat municipal.
« Chiche ? » dit Jean-Pierre…
« Tout le monde est capable de comprendre et de s’exprimer ». Si la démocratie participative a un coût, elle doit pouvoir rapporter beaucoup.
Participer, c’est s’engager….
On peut lire dans Feuille de route Quart Monde n°415 mars 2012
« Le politique c’est nous ! »
« Tout ce qui est fait pour moi, sans moi, est fait contre moi », disaient Gandhi et Nelson Mandela. De plus en plus de voix s’élèvent pour constater les limites des politiques destinées à lutter contre la pauvreté quand elles sont entreprises sans concertation avec les personnes concernées. La participation citoyenne est pourtant inscrite dans les textes. Faisons-la avancer en dialoguant avec nos voisins, notre entourage et en l’exigeant de nos élus. »

Décryptage : Laurent Brunner
Compte-rendu réalisé par :
Francine Laurenge
Stéphanie Locqueville
Pascal Wecxsteen

Contact : Université Populaire Quart Monde
Mouvement ATD Quart Monde
Délégation régionale Nord Pas de Calais
11 rue Barthélémy Delespaul 59000 Lille
Tél 0320576975 E-mail : atd@nordnet.fr